Goblin Priest – Beyond the Temple of the Ophidian Ooze

by Maxime

Bien qu’il ne s’agisse pas de dungeon synth stricto sensu, le chiptune jouit toujours d’un certain succès auprès des amateurs du genre. La raison est très simple et a principalement trait à la nostalgie : se passer un petit Skeleton War ou un petit Konjuro’s Keep, c’est se revoir torpiller Castlevania III et Crystalis sur une NES fumante, du moins pour les plus anciens d’entre nous. Ainsi, chaque nouvel album ou démo est un petit événement qu’il serait dangereux de manquer. Cette fois-ci, il sera question du projet américain Goblin Priest, qui vient de mettre au monde une troisième sortie de grande qualité.

Malgré un nom qui suggère une appétence pour l’hypothétique sous-genre goblin synth, force est de constater que Goblin Priest se situe assez loin des sonorités denses et parfois grossières de tous ces projets qui mettent en scène des gobelins sales et ricaneurs. Au contraire, le projet américain s’appuie sur un dungeon synth fort en chiptune et sur un univers qui rappellera de très bons souvenirs aux joueurs de vieux RPG. La pochette en pixel art de Beyond the Temple of the Ophidian Ooze suffit déjà à elle seule à indiquer que la thématique sera portée sur les mécaniques des vieux jeux de rôle. Le nom des titres offre d’ailleurs un supplément délicieusement stéréotypé à l’album, comme avec « Crypt of the Naga Queen ».

Quant au contenu musical, les adeptes du dungeon synth riche en sonorités 8-bits seront conquis, à ceci près que Goblin Priest ne se contente pas de superposer les couches de manière peu ordonnée, comme pourrait le faire un Kobold. Les neufs titres — par ailleurs assez courts, conformément aux standards du genre — offrent une richesse mélodique parfaitement surprenante, si bien que l’on se surprend souvent à être porté par des mélodies captivantes ou par une rythmique très accrocheuse. L’ensemble s’apparente presque à une bande originale dont la qualité et l’équilibre forcent l’admiration. Il est d’ailleurs délicat de pointer un titre moins emballant que les autres, tant ils offrent tous leur lot de sensations nostalgiques.

Quelques samples viennent également renforcer une immersion déjà solide, comme sur « Brain Blaster ». On notera également que le ton change facilement d’un titre à un autre. On s’imagine aussi bien parcourant de menaçantes cryptes qu’une vaste forêt, tout comme l’on se voit épée à la main repoussant des gobelins, justement. Comme souvent avec le chiptune, tout passe un peu trop vite, en rapport avec la durée moyenne des titres. Malgré tout, Beyond the Temple of the Ophidian Ooze est un album remarquable et saura faire frémir la corde sensible de tous les amateurs de vieux RPG qui s’intéresseront à son contenu.

En juin 2020, Dank Vision Sewer Crawl avait déjà eu un succès important et amplement mérité, rendu possible par la qualité générale de la sortie. Cette fois-ci, avec la sortie de Beyond the Temple of the Ophidian Ooze, Goblin Priest entérine sa position de projet de choix dans le paysage pixellisé du dungeon synth à tendance chiptune. La sortie de l’album chez le louable WereGnome Records est d’ailleurs une très juste récompense. Espérons d’ailleurs que le projet continuera sur cette voie, contrairement à la pléthore de projets de la même veine qui ont disparu des radars après seulement quelques sorties…

You may also like